Des lycéennes sur la réserve de La Trinité : une sortie scolaire atypique

Les 12 et 13 novembre, 9 lycéennes du Lycée Léopold Elfort de Mana ont eu l’opportunité de se rendre pour 2 jours sur la réserve de La Trinité dans le cadre d’un projet pédagogique. Découverte des richesses naturelles et culturelles du site mais aussi une immersion complète en forêt. Une expérience unique !

En début d’année 2018, l’Office national des forêts gestionnaire de la réserve de La Trinité et le Lycée polyvalent Léopold Elfort de Mana se sont rapprochés pour mener un projet pédagogique nommé « Souvenirs de La Trinité » à destination des élèves de 1ère L qui se déroulait dans le cadre de leur cours d’art plastique. Les élèves étaient amenés à concevoir des œuvres hybrides entre art et objets marchands, en détournant l’origine des choses avec une entrée boutique/musée. Pour la réalisation, les élèves pouvaient utiliser tous les moyens à disposition : dessin, sculpture, outils numériques (photos, imprimante 3D…). Ce projet était encadré par Franck Kaufmann professeur en art plastique et Luc Ackermann conservateur de la réserve de La Trinité.

Fin d’année 2018, avec les mêmes élèves en terminale cette fois, l’idée était d’entamer un nouveau projet en partenariat avec la Canopée des Sciences mais cette fois sur la réserve ! Le 12 novembre 2018, profitant d’une fin de mission scientifique sur la réserve, les moyens héliportés sont mutualisés et permettent de déposer onze personnes du lycée (neuf élèves et deux accompagnateurs), deux personnes de la Canopée des Sciences, un journaliste d’Atelier Vidéo Multimédia et le conservateur au sommet de la Roche Bénitier, un des inselbergs de la réserve.

Les élèves participent, dès leur arrivée sur site, à un atelier de photogrammétrie de l’Abri Arca réalisé par la Canopée des Sciences. Ils collectent un maximum de photographies, notent leurs impressions, réalisent des dessins et découvrent le point de vue panoramique nord distant de 120 kilomètres de Mana. Toute l’équipe passera la nuit au camp Aya, camp de base de la réserve habituellement réservé aux scientifiques, bercée par le cri des Singes hurleurs.
Le lendemain matin, un nouvel atelier photogrammétrie est présenté par la Canopée des Sciences, cette fois autour d’un polissoir de la cascade d’Aya. Le reste du temps de la matinée est consacrée à la collecte d’un maximum de matière visuelle, poétique et artistique (dessins, photographies, matières sonores…) et de la découverte de la forêt environnante avec ses balatas saignés en début du siècle dernier pour sa gomme et de sa faune dont un couple d’Ara chloroptère résidant dans le secteur.
Fin d’après-midi, il est temps de quitter Aya pour rejoindre Cayenne, après un dernier regard en vol sur l’inselberg.

Ce fut une expérience forte pour ces lycéennes qui ont vécu, pour certaines, leur première nuit en forêt profonde ainsi qu’une source d’inspiration pour leurs futurs projets artistiques. Les œuvres et installations créées dans le cadre de ce projet seront présentées lors d’une exposition prévue au lycée en 2019.

 

La classe de Mana du Lycée Léopold Elfort sur la Roche Bénitier avec de gauche à droite : Demy, Loméa, Richanka, Romeshia, Jael, Fabiola, Ftanck, Isabel, Victoria, Amandine et Domitille (c) Luc Ackermann