A la recherche de Chamaedora pauciflora, palmier rare du Mont Tabulaire

Une espèce rare de palmier du sous-bois (Chamaedorea pauciflora), dont le genre nouveau pour la Guyane avait été découverte le 15 octobre 2009 par César Delnatte dans le Mont Tabulaire de la réserve naturelle de La Trinité. La zone d’observation se trouve dans une localité venteuse à 540 mètres d’altitude sur versant nord, correspondant à son écologie : espèce anémophile. Cette micro-population n'avait, à ce jour, jamais été retrouvée car il faut un œil bien exercé pour le distinguer des différentes espèces de Géonoma. Il n'était connu, avant cette découverte, que de l'extrême ouest du bassin amazonien (Venezuela, Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie, Brésil). Une telle disjonction de plusieurs milliers de kilomètres dans son aire de répartition pourrait plaider en faveur de 2 espèces ou sous-espèces distinctes (J.-J. de Granville comm. pers).

Profitant d’une mission scientifique sur le Mont Tabulaire du 1er au 10 septembre 2021 avec la Société Entomologiste Antilles-Guyane (S.E.A.G.), la recherche du palmier Chamaedora pauciflora était au programme des activités, objectif ambitieux mais la date de mission collait avec la période connue de floraison et laissait donc une possibilité de repérer les plants.

Le premier individu découvert de Chamaedora pauciflora lors de cette mission se situait à 25 mètres d’un thalweg abritant de magnifiques fougères arborescentes (Cyathea spp.) de près de huit mètres de hauteur à une altitude de 550 mètres. L’ensemble du secteur a fait l’objet de recherches, et c’est finalement 17 individus qui ont été trouvés. La zone est relativement restreinte (2 000 m²) avec des conditions stationnelles tout à fait particulières : de 7 mètres de distance du thalweg pour les plus proches à une cinquantaine de mètres et un sous-bois particulièrement dense. 11 individus ont fait l’objet de prise de mesures.

Cette mission aura permis : 1) d'améliorer la complétude de répartition temporelle et spatiale d'une espèce méconnue avec des données anciennes ; 2) de compléter les lacunes de connaissance avec des prospections ciblées d'une espèce non observée depuis longtemps, permettant de préciser et d'actualiser la connaissance de répartition nationale ; 3) d'acquérir et de partager des photos sur l'espèce et 4) de diffuser des connaissances à échelles régionale et nationale.

Pour autant d’autres actions restent à réaliser : la recherche d’autres stations de l’espèce sur l’ensemble du Mont Tabulaire, la réalisation de relevés des communautés végétales sur ces milieux peu étudiés, la résolution des incertitudes taxonomiques (analyse génétique) et la poursuite par la réserve de la restriction d’accès de ces milieux sensibles afin de conserver ce patrimoine naturel original.

 

Chamaedora pauciflora sur le Mont Tabulaire de la RNN de La Trinité © Luc Ackermann