Présentation

La réserve naturelle nationale de La Trinité protège un massif forestier de 76 903 hectares, au centre de la Guyane

Troisième plus grande réserve naturelle terrestre de Guyane après celles des Nouragues et de Kaw-Roura (quatrième de France si l’on ajoute les Kerguelen la plus grande de toute), La Trinité est isolée à une centaine de kilomètres de la côte, au sud-ouest du barrage de Petit Saut.

La réserve occupe l’amont des bassins des fleuves Mana et Sinnamary, que séparent en amont les remarquables Monts de la Trinité. Cette petite chaîne comprend des reliefs spectaculaires, comme l’inselberg Roche Bénitier ou le Mont Tabulaire, qui dépasse 600 mètres d’altitude. 

Vochysia-sp-DZ-Mont-Tabulaire-©-Matthieu-Ever-ONF

Vue depuis le Mont Tabulaire sur la Réserve de La Trinité © Matthieu Ever

 

Patrimoines naturel et culturel

Prise-de-vue-panoramique-sur-la-crique-Aya-©-L.-Ackermann-ONF

Prise de vue panoramique sur la crique Aya © Luc Ackermann

À l’image de la Guyane, les habitats de forêt dense sempervirente de basse altitude, qui rassemblent l’essentiel de la biodiversité guyanaise, sont largement dominants dans la réserve.

En outre, la réserve abrite de nombreux habitats à forte valeur patrimoniale, liés pour la plupart aux reliefs : forêts de moyenne altitude, savanes roches, abris sous roche des cuirasses dé-mantelées, etc.

La grande superficie de la réserve et la diversité de ses habitats, tous très préservés, permettent à ce territoire de jouer pleinement son rôle de réservoir de biodiversité.

Elle héberge ainsi plus de 35% des espèces de flore et de faune vertébrée de Guyane, avec une forte proportion d’espèces déterminantes et protégées.

Ce patrimoine vivant est complété par des vestiges archéologiques (i.e. abri sous roche) et des formations géologiques qui valent à la réserve d’être inscrite aux inventaires des sites archéologiques et géologiques de France.

Enjeux de conservation

Pecari-a-collier

Pécari à collier (Pecari tajacu) © Luc Ackermann

Étant donné l’isolement de la réserve, son étendue, sa diversité d’habitats très préservée et sa grande richesse en flore et en faune, les deux enjeux principaux repris par les plans de gestion quinquennaux successifs de la réserve sont : 

  • garantir la conservation de cette région
  • en faire un site de référence pour la connaissance du patrimoine.

L’enjeu de conservation est favorisé par le contexte : région inaccessible, pas de ressources aurifères, réseau hydrographique presque indépendant du reste de la Guyane, limitrophie avec les forêts non-exploitables de l’ONF et la zone cœur du parc amazonien de Guyane.

L’enjeu de connaissance du patrimoine nécessite en revanche de lourds moyens logistiques et humains – et donc financiers – que ne peut, seule, mobiliser la réserve.

Fiche technique

  • Gestionnaire : Office National des Forêts
  • Personnel : Luc Ackermann (conservateur)
  • Création : 06/06/1996
  • Superficie : 76 903 ha
  • Texte de création : décret ministériel du 6 juin 1996 (n° 96-491)
  • Région : Guyane
  • Communes : Saint-Élie, Mana

En savoir plus sur les réserves naturelles guyanaises avec l’ouvrage « À la découverte des réserves naturelles guyanaises »